Présentation

  • : Le blog de fanfan
  • Le blog de fanfan
  • : Surtout l'humour!! Raconter avec humour ma vie quotidienne et le reste ; le plaisir d'écrire poésie, photos ; divers et ma Corse
  • Contact

Recherche

5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 07:43

batiment-batiment-portes-00007.gif

Sacados, le journaliste " n'en  menait pas large » :caché dans le placard, « serré comme une sardine » parmi les costumes et les robes , il  se « faisait tout petit ».

Son désir d’être » connu comme le loup blanc » avait du » plomb dans l’aile », du moins pas dans le sens où il l’aurait souhaité.


-« qu’est-ce que je fais dans cette galère ? «  gémissait-il ! « Cela m’apprendra à avoir les yeux plus gros que le ventre » .J’aurais dû continuer à m’occuper de la rubrique des « chiens écrasés «  .

Sacados était « dans  de sales draps » : je dirai même plus, : non seulement il était dans le placard, mais il était aussi dans le pétrin !


Il espérait faire un « scoop » en dévoilant » la vie  de patachon «  d’un ministre ; et maintenant ,il était « fait comme un rat » : le ministre était rentré plus tôt que prévu .Il ne donnait » pas cher de sa peau » s’il était découvert ! Un violent désir d’éternuer ,lui venait .

-«  Aaaaaaaaaaa…aaaaaaatchoummmmmmmmm ! »


La porte du placard s’ouvrit brutalement :

-« J’ai entendu éternuer mes vêtements ? Est-ce que » j’ai la berlue ? » s’exclama le ministre dont on taira le nom (« motus et bouche cousue »!)

Sacados aurait voulu « disparaître sous terre ».Les yeux « lui sortaient de la tête » tellement,il se retenait de respirer.

-« J’ai un pied dans la tombe, c’est sûr ! »pensait-il .

 

Heureusement, le ministre , qui était un peu âgé , très âgé d’ailleurs, (on disait même qu’il sucrait les fraises  « : que voulez-vous, c’est ainsi : les hommes , quand ils sont au pouvoir s’accrochent comme « la misère sur les pauvres » ;il n’y « en a pas un pour rattraper l’autre » : tous les mêmes !)


Donc notre ministre, referma la porte : je crois bien qu’il n’y » voyait pas clair » !

Sacados poussa un soupir de soulagement :

-«  J’ai « eu du bol » se dit –il ! » jaillit du placard, « comme un diable de sa boîte ». Il prit ses « jambes à son cou », « sans demander son reste «


-« Il y a de l’orage dans l’air » et » il pleut des cordes «   constata-t-il  en sortant  de l’immeuble cossu dans lequel il avait failli » y laisser sa peau « ! Ce » n’est pas demain la veille » que je recommencerai ! »

  pom.gif

"A partir d'une expression choisie dans le poème de Claude Roy, inventez une histoire en prenant une ou plusieurs expressions au pied de la lettre ." nous demande

  Lilou Fredotte  (J'ai interprété librement cette consigne )

Partager cet article

Repost0

commentaires

E

Un défi très réussi ! Bravo Fanfan
Répondre
E

Un exercice de style fort réussi!
Répondre
L

En cette journée de la femme ....


je vous met un petit hommage pour nous toutes :))






 



Victor HUGO  
(1802-1885)



A une femme



Enfant ! si j'étais roi, je donnerais l'empire,
Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genoux
Et ma couronne d'or, et mes bains de porphyre,
Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,
Pour un regard de vous !

Si j'étais Dieu, la terre et l'air avec les ondes,
Les anges, les démons courbés devant ma loi,
Et le profond chaos aux entrailles fécondes,
L'éternité, l'espace, et les cieux, et les mondes,
Pour un baiser de toi !


 



Répondre
K

c'est clair, il a la berlue le ministre looool


mdr
Répondre
B

Il ne sera pas resté trop longtemps au placard malgré ses émotions : il croyait tenir "l'affaire" mais s'est retrouvé au milieu des affaires....très drôles, comme d'habitude tes écrits.


Bises Fanfan
Répondre
:

Bon mercredi.
Bisoux



Répondre
N

Et toutes personnes ressemblantes passées ou existence seraient fortuites, naturellement !


Bises ma belle
Répondre
O

Bonjour Fanfan. J'ai fait un tour sur le blog de Lilou et ai cliqué sur le lien pour lire le poème de Claude Roy. Ta copinaute vous a proposé là un défi pas simple mais drôlement intéressant. Tu
l'as d'ailleurs relevé haut la main. Bravo Fanfan, je n'ai pas fait le compte des expressions que tu as utilisées mais il y en a un sacré nombre et ton historie tient drôlement bien la route.
Figure-toi que j'ai dû y croire à fond car j'ai même éternué en te lisant, mais... je n'étais pas dans le placard du ministre... 


Bisous
Répondre
L

pas de soucis avec le tremblement de terre?


 bisous et belle fin de journée


 



Répondre
R

bonjour Fanfan


tu as le don pour les histoires ,j'ai tremblé pour le journaliste


bisous tout gris de ce mardi


rosedesneiges
Répondre