Présentation

  • : Le blog de fanfan
  • Le blog de fanfan
  • : Surtout l'humour!! Raconter avec humour ma vie quotidienne et le reste ; le plaisir d'écrire poésie, photos ; divers et ma Corse
  • Contact

Recherche

11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 15:14

 



 Un jeune homme est parti faire la guerre et n'est jamais revenu :il ne reste que son portrait sur le mur

 

 Paroles corses et traduction

O cusi bellu ghjuvanottu, ch'hè partutu à u fiore di l’età

Hè partutu eramu in diciottu, cun prumessa di riturnà

Aghju ind’è l’arechja a scarpata, di u suldatu chì si ne và

U vecu fallà per a chjappata, dicendu « o Marì ùn ti ne fà ! »

 

U ritrattu nantu a muraglia, hè una vera calamità

Stringhje u core cum’è a tenaglia, di quella ch’ùn si pò scurdà

Cusì dice a vechja Maria, quand’ella si mette à pensà

A u sullatu d’infanteria, inquadratu tant’anni fà

 

Eo mi ricordu una sera, m’hà dettu pigliendu u caffè

Un vole finisce sta guerra, prestu credu tuccarà à mè

E allora m’hà fattu sposa, pocu tempu vogliu vene à dì

U tempu di lascià una cosa, chì dica ch’ellu hè statu quì

 

Hè ingrandatu a nostra figliola, senza cunnosce u so Babbà

Di u ritrattu nantu a cumoda, ùn si ne pò arricurdà

Se tu voli un santu destinu, per i to figlioli o Ghjesù

A tenuta di u pannu turchinu, fà ch’ell’ùn si veg

a mai più

 

E dipoi a vechja Maria, u mandile ùn lu si caccia più

Se i zitelli à chjamanu zia, dannu un fiore di ghjuventù

 

 

 

 

Qu'il était beau le jeune homme  qui a disparu à la fleur de l'âge

Il est parti , nous étions en 18 avec la promesse de revenir

J'ai dans l'oreille le pas du soldat qui s'en va

Je le vois descendre par la ruelle  disant ": ô Marie ne t'en fais pas "

Refrain

Le portrait sur le mur, est une vraie "calamité"

Il serre le coeur  comme une tenaille

De celle  qu'on ne peut oublier .

Ainsi parle la vieille Marie  quand elle se met à penser

Au soldat d'infanterie  encadré, il y a tant d'années.

 

Je me souviens un soir il m'a dit  en prenant le café

Cette guerre ne veut pas finir

bientôt, je crois que ce sera mon tour

Et alors, il m'a épousé  très vite je veux dire

Le temps de laisser quelque chose

Qui dit qu'il a été ici

Refrain

 

Notre fille a grandi  sans connaître son papa

Du portrait sur la commode,  elle ne peut s'en rappeler.

Si tu veux un saint destin  pour tes enfants ô Jésus

Le tenue de tissu bleu ,fais qu'on ne la voie jamais plus

 

Et depuis la vieille Marie

N'enlève plus son foulard

Si les enfants l'appellent "tante"*

Ils lui donnent  comme une fleur de jeunesse

 

On appelle "tante" et" oncle", toutes les personnes âgées, dans les villages .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by fanfan - dans ma corse
commenter cet article

commentaires

Laret. 13/11/2014 09:31


Merci pour la chanson,et sa traduction...Bises et bonne journée,Jean-Pierre

Martine 85 12/11/2014 07:44


Très beau et émouvant. Ne jamais oublier

LADY MARIANNE 11/11/2014 21:00


un bel hommage pour ce 11 novembre-
bien de ta région, j'ai apprécié - et ce que veut dire " tante " aussi-
bonne soirée- bisous !!

M'amzelle Jeanne 11/11/2014 20:18


 la tristesse qui se dégage de ce chant est impressionnante et bien réelle. Que d'horreurs, de chagrins entraînent toutes les guerres.. personne ne peut être gagnant.. sauf les marchands de
canons !


Je t'embrasse ma belle Fanfan

écureuil bleu 11/11/2014 19:11


C'est une belle chanson en l'honneur des jeunes gens partis à la guerre. Bisous Fanfan

flipperine 11/11/2014 17:39


que c'est dur de voir partir un jeune à la guerre laissant sa femme dans l'attente du petit