Présentation

  • : Le blog de fanfan
  • Le blog de fanfan
  • : Surtout l'humour!! Raconter avec humour ma vie quotidienne et le reste ; le plaisir d'écrire poésie, photos ; divers et ma Corse
  • Contact

Recherche

12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 06:57

divers2-9115.JPG

Je vous ai déjà parlé du chat que j'ai recueilli, mais oui , mais oui.
Vous vous souvenez: c'est celui qui avait déménagé avec sa maîtresse..
Mais son nouvel environnement ne lui plaisait pas , mais alors pas du tout: trop de voitures, de bruit, de pollution. L'hiver les nuits sont plus froides: impossible d 'aller draguer . Le jour,il fait trop chaud: impossible   de bronzer.
Alors, sans rien dire  à personne, il est parti à pattes : il a bien essayé de faire du stop ,mais après avoir faillé être réduit en crêpe , plusieurs fois, il a pris le maquis.
Il s'est dit:
-" Mon Dieu, que la montagne est belle ;fais du feu dans la cheminée , je reviens chez nous ;ah! qu'il était beau mon village ...etc..."
Tout doucement, par le chemin des chats-écoliers ,il est revenu au village .
Et un beau matin, je l'ai vu devant ma porte . Comment résister à une si grande preuve de courage et de fidélité envers son lieu de naissance ?
Je l'ai adopté :il n'a pas vraiment  de nom :j'aurais dû l'appeler : "Super-glu" car il ne me quitte pas .
Je le soupçonne d'être un fan de Brel  !
Quand je vais à la cuisine, il vient à la cuisine, quand je vais dans le salon, il vient dans le salon: il s'assoit sur ma chaise.Je suis obligée d'avoir la moitié de mon postérieur dans le vide (et pourtant je ne suis pas très épaisse), pour lui laisser la place  !
Dans le canapé,il se colle à moi pour dormir, si je ne le laisse pas grimper sur mes genoux.
Pendant que j'écris , là, il est dans mon dos  !

 

Mais pourquoi: "il "? C'est adorable mimine!!"

Partager cet article

Repost 0
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 21:25

Lors d'un congrès de violonistes, deux musiciens bavardent, un Parisien et un Marseillais.

Tous les deux sont fiers de leur talent.

> Le Parisien dit :

-" il y a 2 semaines, j'ai joué un concerto dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris devant 6.000 personnes. J'ai tellement mis dâémotion en jouant, que j'en ai fait pleurer la Vierge Marie ".

> Le Marseillais réfléchit, puis répond:

-" Moi, la semaine dernière, j'ai joué devant plus de 10.000 personnes dans la basilique de Notre Dame de la Garde à Marseille. A un moment, j'ai vu Jésus se décrocher de la croix et venir vers moi.

Alors là, je me suis arrêté de jouer, et dans un silence de mort, il s'est approché de moi et m'a dit :

-" Minot, je te préviens, tu as intérêt à bien jouer!

Surpris je lui dis :" mais oui Seigneur, mais pourquoi tu me dis cela ?"

Et il m'a répondu :

> -" Parce que la semaine dernière, lors d'un concert à la cathédrale Notre-Dame de Paris, il y a un   parisien prétentieux qui a tellement mal joué, qu'il a fait pleurer ma mère ! "

 

 

Le chemin des dames : (Un soldat de 14-18 dans les tranchées pense à son village )

 

 

 Vecu un pratu sott'à lu sole   Je vois un pré sous le soleil
È tanti panni tesi nantu           Et beaucoup de linge étendu
Un acellu piglia u so volu         dessus          Un oiseau prend
È aghju u mio core frantu.          Son vol     Et j'ai le coeur   qui fond

Culà l'ochji spenti Miola sunnieghja    Les yeux fermés , Miola rêve
Culà u mio estru corre è a fideghja       Là-bas mon chant court et
Culà ci s'hè firmata a mio vita.                 la regarde  Là-bas  est restée 
                                                                       ma vie
Vecu un pagliaghju fumichendu              Je vois une cabane qui fume
Còmpulu à l'ora di a munta                     L'heure de la traite arrive
È a mio mimoria s'accende                      Et ma mémoire s'allume
Per un pizzacciu di pane untu.                Pour un bout de pain trempé

Culà Francesc'Antone zappa l'ortu           Là-bas François-Antoine pioche le jardin
Culà vecu ballà e barche in portu          le jardin     Là-bas je vois danser les barques
Culà ci s'hè firmata a mio vita.                 dans le port     Là-bas est resté ma vie

Vecu una scola è un tavulone         Je vois une école et un tableau
Sentu mughjà mille zitelli                J'entends crier mille enfants
È di babbò tante canzone             Et tant de chansons de mon grand-père
Mi danu u fretu à a pella.                       Font frissonner ma peau

Culà Fasgianu trascina duie legne        Là-bas Fasgianu transporte du bois
Culà sentu lu mio paese pienghje          Là-bas j'entends mon village pleurer
Culà ci s'hè firmata a mio vita.                     Là-bas est restée ma vie

Vecu una ghjesgia sott'à l'invernu         Je vois une église dans l'hiver
Dui tizzoni è un casgile                        Deux  tisons et une cave à fromages
A piaghja cutrata è inferma                  La plaque gelée et infirme
Chì aspetta u mese d'Aprile.                 Qui attend le mois d'avril

Culà sentu u ventu frà i pini                Là-bas j'entends le vent dans les pins
Culà di Roccu sentu u viulinu             Là-bas , j'entends le violon de Roccu
Culà ci s'hè firmata a mio vita.           Là-bas est restée ma vie

Vecu un chjarasgione fiuritu             Je vois le grand cerisier fleuri
È sentu fiscà i pastori                     Et j'entends siffler les bergers
È tanti mumenti felici                   Et tant de moments heureux
L'aghju inchjudati in lu mio core.     Je les ai cloués dans mon coeur

Culà vecu a neve per i chjassi         Là-bas je vois la neige dans les ruelles
Culà sempre voltenu i mio passi     Là-bas toujours reviennent  mes pas
Culà ci s'hè firmata a mio vita.              Là-bas est restée ma vie

Partager cet article

Repost 0
Published by fanfan - dans rions un peu
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 18:26

divers2-9022.JPG

On parle beaucoup de greniers en ce moment dans les jeux :  organiser un vide-grenier , pourquoi pas ?

Je n'ai fait cela qu 'une fois pour de bon , afin d'accompagner  un de mes garçons.

 

Mais le problème, c'est que j'ai acheté plus que je n'ai vendu ; alors je n'y suis plus allée.

Et puis, il est difficile de se séparer des choses .

Mes enfants me disent  :

-" Ta maison est  trop pleine ! Fais un vide-grenier et vends toutes ces choses qui ne servent à rien !"

-"Comment ça ? Qui ne servent à rien ?


Mais bien sûr qu'elles  servent :

- à garder mes souvenirs

-à me rappeler mes  séjours ailleurs

-à avoir  les yeux pleins d'images

- à me faire sourire ou larmoyer selon ce qui s'y rattache

 

- à garder un peu de poussière : elle ne saurait pas où aller  si elle n'avait pas ces petits riens auxquels s'accrocher !

-à jouer avec  la lumière et l'ombre ...

 

Et comment me séparer:

-du chapeau de ma mère ?

-de la poire , du képi de mon père ?

D'ailleurs, moi je suis comme la nature: j'ai horreur du vide  (je dois être un peu agoraphobe )

Alors , je n'ose imaginer un coin de ma maison sans rien pour l'occuper !

D'accord, je vais trier un peu et promis, le prochain vide-grenier, je le fais !

 

C'est Sherry qui nous demande de faire un vide-grenier

 

Partager cet article

Repost 0
Published by fanfan - dans jeux et défis
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 08:22

samurai04.png

Savez-vous préparer un plateau -repas ? Pour ceux qui répondent non, je vais donner une leçon de savoir-faire :


Vous prenez une boîte à trois compartiments; il paraît que ce sont les japonais qui n inventé cela . Nous, nous n'en sommes pas capables .

Vous mettez dans un compartiment , une portion de tarte aux poireaux que vous avez amoureusement préparée (cela n'arrive pas tous les jours ).

Dans le second compartiment, vous  mettez une bonne part de moussaka que vous avez  miraculeusement sauvée , du four en folie .


Jusque- là vous me suivez? Ce n'est pas compliqué !

Ensuite , dans le dernier compartiment , vous avez l'idée saugrenue de mettre  une portion de mousse au chocolat  bien onctueuse .

C'est là que ça se corse !


Vous essayez de fermer ce truc que les japonais ont inventé pour se moquer des petits eu'opéens .

Vous  tournez , vous appuyez, vous poussez, vous grimpez sur la table et vous sautez dessus, vous maudissez les japonais : impossible de fermer cet instrument de torture !

Finalement, après bien des  efforts, des soupirs et des hurlements, vous y arrivez ! Victoire, youpi,  olé ...

Et pour vérifier que tout est bien hermétique, vous mettez cette boîte à l'envers !

Et là, c'est l' apothéose  :

Vous entendez un vrai hurlement:

-" MAIS , QU'EST-CE QUE TU FAIS ? "

-Ben, je vérifie qu'il n'y ait pas de fuite  (ce qui est hautement improbable , vu les efforts qu'il a fallu fournir ).

Et , bien sûr, c'est à ce moment-là que vous sous sentez seule au monde , parfaitement incomprise !

 

Vous réalisez que tout s'est mélangé dans cette satanée boîte !

 

La mousse au chocolat , tapisse la tarte aux poireaux , et s'est glissée en catimini dans la moussaka ...

L'horreur absolue..; sauf pur ceux qui aiment la cuisine moderne et improbable ...

 

 

Une moussaka  à la mousse au chocolat, cela a un goût .. pour le moins étrange .. mais pas désagréable .Les japonais apprécient peut-être bien cette cuisine ?

Un instant , juste un court instant, j’ai pensé me faire hara-kiri ; mais je ne veux pas donner cette joie aux japonais ! 

 Banzaï !万歳, ばんざい 

 

aynshcr4.gif

Partager cet article

Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 06:38

Entre quelques coupures de courant et d'internet , je vais vous parler de Robine

 

FEMME-CHASSE.jpg

 

Il paraît que Robine fait la maligne
Mais je l'aurai , je l'aurai
Elle fait aussi la coquine
, Mais je l'aurai , je l'aurai !

 

Il paraît que Robine aime la chevrotine
Mais je le dirai, je le dirai
Elle aime aussi les carabines
Mais je le dirai, je le dirai !

Il paraît que Robine  fulmine
Cela me plaît, cela me plaît
Elle est aussi très chagrine
Cela me plaît , cela me plaît  !

Il paraît que vous n'aimez pas Robine
 Que vous rêvez qu'elle sera arrêtée
Que vous voulez qu'on l'élimine ,
Soyez donc un peu plus veloutés ;

Car Robine , c'est ma voisine.

 

J'espère que maîtresse Jill  Bill acceptera cette Robine un peu dangereuse dans "la cour de Récré"

Partager cet article

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 08:05

divers2 9000

Il y a toujours un coin qui me rappelle ...

Alors en choisir un en particulier , ce n'est pas facile :

J'aurais pu choisir la petite route , où j'ai rencontré l'homme de ma vie :moi je me promenais  après une rougeole carabinée et lui  passait en jeep .Il s'est arrêté : cela lui a coûté 4 jours d'arrêt  , une romance , un mariage, 4 enfants , des petits-enfants ...

Il ne faut pas s'arrêter n'importe où .

 

J'aurais pu choisir , le village de mon enfance où j'ai fait les cent coups,où j'ai failli me noyer , où j'ai volé des fleurs en perles dans le cimetière , où j'ai fait devenir chèvres  les maîtresses , où j'ai plongé dans la mer avec mon vélo ( j'aimais déjà la vitesse à l'époque  ).

 

J'aurais pu choisir , mon maquis  dans lequel je vais me plonger lorsque j'ai des chagrins ou des soucis : je fais une cure de sérénité mieux qu'une séance de yoga .Je respire les odeurs, je regarde le paysage et mon esprit redevient clair.

 

J'aurais pu  choisir , le petit jardin près du bassin d'arrosage, où j'essaie vainement de faire pousser des légumes , jardin dans lequel  je revois mes parents   tracer patiemment les sillons , faire venir l'eau pour arroser  leurs beaux légumes , leur fierté de les ramasser et d'avoir leurs provisions  pour tout l'hiver .

 

J'aurais pu choisir cette petite île dans l'Océan Indien , si jolie,  où la vie se déroulait en dehors du temps   :malgré beaucoup d'inconvénients , on oubliait le reste du monde ..

J'aurais pu chosir d'autres lieux .....

C'est Enriqueta  à la barre "des croqueurs de mots" qui nous demande de raconter un lieu que nous aimons particulièrement .

Partager cet article

Repost 0
Published by fanfan - dans jeux et défis
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 08:27

divers2 5369

 

Un soir, entre chien et loup, j'ai décidé d'aller ramasser des châtaignes .oh, juste une poignée, ayant un appétit d'oiseau.

Il faisait un vent à décorner un boeuf, mais cela m'arrangeait  :les châtaignes tombaient toutes seules.

Une vache s'approchait  à pas de loup pour me voler le butin .

Je lui ai dit:

"-Minute papillon !" ; j'étais là avant toi ."

Elle m'a  regardée  avec des yeux de biche mais je ne me suis pas laissée attendrir !

Pas folle la guêpe: je n'allais pas me laisser prendre aux piège !

Tout à coup,pendant que nous nous regardions , en chiens de faïence, mon regard a été attiré par une tâche claire dans le maquis .Oui, j'ai des yeux de lynx .

-"Serait-ce une ruse de renard  de la part de la vache, ,pour me faire tourner en bourrique ? "

Je m'approchai  en pensant:

-"Il y a anguille sous roche !"

Et je vis ..devinez quoi ? Je vais vous le dire car nous ne devinerez jamais  !

CALE9ON.jpg


Un caleçon, un pauvre caleçon abandonné -il faut bien appeler un chat , un chat- comme un oiseau tombé du nid ...

Qu'avait-il bien pu se passer pour que son propriétaire  détale en le laissant là  tout seul ?

-Un sanglier a foncé sur lui lorsqu'il était dans une position ..intéressante mais indispensable ?

-Des ébats amoureux qui ont mal tourné ?

-Quelqu'un lui a posé un lapin et de dépit, il a abandonné son caleçon ?

Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure, mais je parierai qu'il s'est passé un drame dans ce lieu !

Non, je n'ai pas une araignée au plafond: je vous dis juste ce que je pense.

Auriez-vous une idée ?

 

Mais revenons à nos moutons:

J'ai réussi à ramasser quelques châtaignes et je  suis rentrée à la maison .

J'arriverai à résoudre cette énigme;promis: cochon qui s'en dédit.

Sherry nous demande  d'utiliser des expresssions animalières 


Partager cet article

Repost 0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 09:56

TEMPETE-copie-1.jpg

 

Je suis rentrée à 22 heures hier soir ; aussi, je n'ai pu vous visiter

 

Hier, j'étais à Bastia au coeur de la tempête: la ligne de flottaison de ma voiture baissait dangereusement  , en même temps que l'eau montait dans la rue.

J'ai reçu quelques vagues sur la voiture  qui a résisté et n'est pas allée dans la mer   qui voulait absolument l'emmener .

Ensuite, en ville, ce n'était pas mieux : une heure pour faire 500 mètres .
Je pensais arriver au fond du  boulevard en ramant : j'allais  sans doute rencontrer ma copine Monique qui, elle aussi , ramait peut-être dans l'autre sens ...


Nous avions rendez-vous ...Elle m'avait dit:" on se verra  sur la place Saint  Nicolas au  café des délices des sports."

Pour du sport, c'en était du vrai:  il fallait gouverner la voiture  avec attention , en regardant à babord et à tribord , pour surveiller la montée des eaux , ne pas s'approcher du caniveau sous peine de finir engloutie  ou entraînée vers des endroits où je n'avais pas prévu d'aller : le vieux port.. la digue ..la mer ..

 

J'ai appris depuis, que ma copine , s'en est sortie ,elle aussi .

TEMPETE1.jpg

Finalement, je suis arrivée là où je devais aller  : ça grimpait légèrement, donc j'étais sauvée . Je n'ai pas fini dans le port .

La tempête est partie et le soleil est revenu.Les petits oiseaux recommencent à cuicuiter ; c'est bon signe.

 

TEMPETE4.jpg

 

C'est Enriqueta, à la tête du navire des "croquers de mots", qui ne craint pas la tempête, qui nous propose: "rendez-vous "

Aujourd'hui, c'est la fête de tous les saints :alors fêtons-les:les oubliés, les négligés ,les démodés....
Je vous souhaite une bonne journée

Partager cet article

Repost 0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 07:26

Nous sommes en vigilance orange : je me dépêche avant que nous ayons une ènième panne prolongée de courant !

legion.jpg

Otto est en colère :
Il est privé de défilé !
De la Légion , il serait la risée
C'est le colonel qui l'a  décidé .

Son képi est pourtant rutilant
Ses galons  sont  rien moins que brillants;
Sa fourragère est   aussi très guerrière
Les  plis du pantalon   sont  adultères !
legion_blog04.jpg
Mais qu'a fait Otto pour mériter ça ?
A-t-il chanté le "Boudin" en fa ?
A-t-il  marché au pas de l'oie ?
A-t-il accéléré le pas ?

Mais non, vous n'y êtes pas !
Otto ne ferait rien de tout cela .
C'est son ventre qui pose problème
Il sort du rang, comme un blasphème!

Pauvre Otto !!

C'est une histoire vraie  , arrivée à un collègue et ami de mon mari, appélé Otto .
"Le Boudin" est un chant traditionnel de la Légion Etrangère
Le pas de la Légion est très lent

La fourragère est un cordon multiple qui entoure l'épaule et retombe sur la poitrine

 

C'est le nouveau prénom que Jill Bill a trouvé pour sa" cour de récré": Je sens que ,question   discipline , ça va  "marcher!! "(au pas)

Partager cet article

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 09:51

enfant-gif-017.gif

Pour changer: une" nouvelle", écrite par ma fille 

Elle avait oublié. Il lui en avait parlé la veille au soir, et elle avait promis. Elle lui avait dit :

“mais oui, je t’en donnerai un pour le matin et un pour l’après- midi”; mais elle avait quand même oublié.

Et bien sûr, ce qu’il redoutait le plus est arrivé, il s’est mis à pleuvoir. Il a senti battre son coeur très fort dans sa poitrine et il a serré les poings. Il a prié pour que cette foutue pluie s’arrête de tomber.

S’il avait su ce matin que le beau temps ne durerait pas toute la journée, il n’aurait probablement pas tout mangé…mais bon, c’est vrai qu’il avait faim….alors disons qu’il en aurait gardé un peu pour l’après-midi, oh pas beaucoup, juste un peu pour sauver la face en cas de pluie.


Mais bon, d’abord il ne pouvait pas prévoir alors qu’il faisait si beau ce matin, qu’il allait pleuvoir cet après- midi et en plus quand on a 6 ans et que maman dit:

“je n’oublierai pas”, on la croit. Mais voilà, elle a quand même oublié.

Alors quand la maîtresse a dit “tous en rang les enfants, il pleut, nous remontons dans la classe”, il a bien failli s’évanouir.


D’abord, il a eu envie de se cacher derrière le grand pilier, là bas sous le préau…..le pilier est si grand que personne ne l’aurait vu…..ou bien encore de se cacher dans les toilettes ; personne ne vérifie jamais les toilettes, ça c’est une bonne cachette.


Mais bon , d’abord il pleut et puis tout seul dans la cour, même si sa maman dit toujours qu’il est très courageux, il a tout de suite pensé que ça pouvait être très dangereux et que si quelqu’un passait et le kidnappait, sa maman le punirait sûrement…..Restaient les toilettes…. Il a aussi rapidement abandonné l’idée à cause des crocodiles.

 

Lui il n’était jamais allé dans ces toilettes mais les grands de CM2 lui avait raconté que parfois des gens jetaient des crocodiles dans les rivières et que ces derniers remontaient par les tuyaux jusqu’aux toilettes des écoles. Oh, ce n’est pas qu’il avait peur des crocodiles, sa maman ne disait-elle pas souvent qu’il était un petit garçon très courageux, mais il pensait que s’il se faisait mordre par un crocodile dans les toilettes alors qu’il était censé être en classe avec ses camarades, sa maman allait sûrement le gronder.

 

enfant_003.gif

Alors, il a fait comme les autres. Il s’est mis en rang et il a monté les 47 marches (il les a comptées) qui mènent à la salle de classe.

Il a bien essayé de monter tout doucement, histoire de faire traîner les choses, mais les copains de devant couraient et les copains de derrière poussaient, alors il a été entraîné, oh bien malgré lui, et il est arrivé devant la porte de la classe bien trop vite à son goût.


Il s’est dit qu’il pouvait encore gagner du temps et faire semblant de ne pas réussir à enlever son blouson,…et puis son bonnet…, et puis ses gants…, et puis son écharpe (décidément les mères ne comprendront jamais comme il est

difficile de courir dans une cour de récréation quand on est harnaché comme un inuit).


Là, la maîtresse s’est un peu énervée et lui a dit que vraiment aujourd’hui, il n’y mettait pas du sien. Il a eu envie de lui répondre que si, justement, il y mettait beaucoup du sien, mais bon les grandes personnes, ça ne comprend jamais rien alors…..

…..Alors il est rentré dans la classe…oh pas trop vite…Il a regagné son pupitre en faisant le grand tour, celui qui passe derrière tous les copains en avançant tout doucement. Et puis il a bien été obligé de s’asseoir.


La maîtresse s’est assise à son tour, puis elle a regardé les enfants et a prononcé cette petite phrase qu’il redoutait tant : “ Ceux qui ont un goûter le sortent de leur cartable et le mangent, tous les autres prennent leur cahier rose et révisent leur poésie” .

Et lui tout seul, il était tous les autres…

-enfant_004.gif

(Protégée par copyright )

Partager cet article

Repost 0
Published by fanfan - dans mes histoires
commenter cet article